Santé

Les prix Baillet Latour

Prix de la santé

C’est par le Prix de la Santé que le Fonds Baillet Latour a entamé ses activités de soutien en 1979. Ce Prix international, au départ bisannuel puis attribué chaque année depuis 2000, continue d’être la plus importante distinction scientifique internationale décernée en Belgique. Depuis 2006, ce Prix est thématique, chaque thème revenant tous les 5 ans. 2020 est placé sous celui des maladies cardio-vasculaires; suivront les maladies métaboliques, les maladies infectieuses, les maladies neurologiques et enfin le cancer.

Prix de la recherche clinique

Le Fonds a récompensé durant 8 ans, à raison de 2 prix par an, les avancées personnelles majeures réalisées par des chercheurs cliniciens affiliés à des institutions académiques ; l’une, francophone et l’autre, néerlandophone.
 

Recherche médicale

EORTC SPECTArare

Le Fonds soutient le projet SPECTArare de l’EORTC (European Organisation for Research and Treatment of Cancer) - une plate-forme de dépistage des tumeurs rares. Celles-ci concernent 4.300.000 cas en Europe et nécessitent une approche particulière en raison de leur rareté. C’est une initiative paneuropéenne dont les résultats à terme seront d’un grand secours dans le traitement de ces pathologies.

Recherche sur les cellules souches

Soutenu depuis 2014 par le Fonds, le projet de recherche sur les cellules souches mené par le professeur Cédric Blanpain (ULB) doit permettre de mieux comprendre les mécanismes contrôlant l’hétérogénéité tumorale et son implication tant dans le traitement du cancer que dans le développement d’une médecine plus personnalisée.

Institut de médecine tropicale

Le Fonds Baillet Latour soutient depuis 2008 la recherche postdoctorale sur des maladies infectieuses à l’Institut de Médecine Tropicale d’Anvers. Actuellement, le financement permet le fonctionnement jusque 2020 d’une équipe pluridisciplinaire de trois chercheurs sur l’épineux problème des bactéries résistant aux traitements antibiotiques.

Immunotherapy of cancer

Le Fonds apporte un soutien financier au développement d’une thérapie particulière d’immunothérapie initiée par la VUB. Une sorte de « vaccination » personnalisée du patient contre les cellules restantes après les traitements « classiques » en vue de restreindre les risques de récidive (métastases).

Proton therapy

Co-financement d’un projet de recherche conjointe entre l’UCL, la KUL et IBA qui vise à réduire les marges d’incertitude de la protonthérapie afin de pouvoir en exploiter la pleine capacité et abandonner progressivement la radiothérapie et ses effets nocifs en termes d’exposition aux rayons.

Big against breast cancer

Une étude unique en son genre réalisée par le BIG (Breast International Group). Elle doit permettre de déterminer dans quelle mesure un traitement hormonal peut être suspendu pendant une période de 2 ans maximum, le temps de concevoir un enfant sans augmenter les risques de récidive de cancer du sein.

Cellular Immunotherapy - T-Cell Redirection

Le Centre de thérapie cellulaire et de médecine régénératrice de l’UZ Antwerp (CCRG), dirigé par le professeur Zwi Berneman, mène des recherches scientifiques pionnières sur l’immunothérapie cellulaire. En 2015, il a été le premier centre universitaire et médical en Belgique à recevoir une licence de fabrication de l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé pour la production de cellules dendritiques. Le principe est celui d’un vaccin anticancéreux personnalisé : une fois traitées, les cellules d’un patient stimulent son système immunitaire pour qu’il reconnaisse et attaque les cellules tumorales. La recherche financée par le Fonds vise à développer une nouvelle méthodologie d’immunothérapie cellulaire en réorientant les lymphocytes T (‘T-cell redirection’) contre la protéine universelle de Wilms associée à la tumeur. Ce recentrage serait effectué à l’aide d’une technologie non virale et cliniquement sûre.

Accompagnement

Baluchon Alzheimer

Le Fonds soutient d’une part une étude clinique de l’UGent sur le soutien informel des aidants proche d’une personne atteinte de démence et d’autre part une structure d’accompagnement des familles qui leur permet de souffler et bénéficier de précieux conseils pratiques pour accompagner un proche atteint de la maladie d’Alzheimer ou de démence apparentée.

Centre comprendre et parler

Actif dans le domaine de la rééducation fonctionnelle des troubles de l’audition et de la parole, le centre reçoit un soutien financier en vue de l’acquisition de matériel audiométrique.

Innovation

EUFOREA

Un soutien financier du Fonds accordé au forum européen Euforea destiné à favoriser l’éducation, la recherche et la collaboration entre les spécialistes dans la lutte contre les maladies chroniques respiratoires.

Biopontis

L’aide du Fonds doit permettre à la fondation Biopontis Alliance for Rare Diseases de soutenir et élargir ses programmes de développement d’un nouveau traitement des maladies rares neurologiques, et en particulier celui de la maladie de Charcot-Marie-Tooth.

Translational medicine

Soutien à un projet de formation novateur de l’ULB consistant en un programme interdisciplinaire (médecine, pharmacie, économie, management, sciences appliquées...) visant à créer une formation médicale de pointe. Le programme comprendra au moins une Chaire professorale et a pour vocation d’acquérir à terme une dimension inter-universitaire belge et internationale.

Metabolite repair diseases

L’Institut de Duve est un institut de recherche biomédicale multidisciplinaire hébergeant plusieurs laboratoires de recherche de la faculté de médecine de l’Université catholique de Louvain (UCL), ainsi que la branche bruxelloise de L’Institut Ludwig de Recherche sur le Cancer. Les travaux de recherche soutenus par le Fonds Baillet Latour, visent à élucider un nouveau groupe de maladies neurométaboliques dans lesquelles le défaut génétique mène à une déficience dans la réparation métabolique (‘erreurs innées du métabolisme’). Ce projet devrait permettre la compréhension des mécanismes physiopathologiques de maladies encore incomprises et d’ouvrir ainsi des perspectives thérapeutiques. Le soutien financier permettra entre autres l’acquisition d’un spectromètre de masse à haute résolution pour effectuer les analyses requises par le projet de recherche.

Dictionnaire français/langue des signes

Une équipe multidisciplinaire de l’UNamur développe actuellement un nouveau dictionnaire bilingue contextuel français/langue des signes. Issu des recherches les plus récentes menées en linguistique de la langue des signes et en informatique, il est destiné à un large public (enfants sourds, familles, enseignants, traducteurs, interprètes…). Concrètement, ce dictionnaire contextuel utilisera des productions en langue des signes, enregistrées sous forme de vidéos, et leurs traductions en français pour en faire un répertoire de textes bilingues que l’on pourra à terme consulter gratuitement dans les deux langues. Sa structure le rendra applicable à d’autres couples langue vocale/langue signée comme l’Anglais ou le Néerlandais. De nombreux signeurs en Europe pourraient donc bénéficier de cette innovation.